navigation

Avril à Tikhvine 30 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

En début d’année, nous recevions la visite d’un jeune homme motivé avec un projet de séjour de travail bénévole en Russie. Le courant est tout de suite passé, il a su nous convaincre, et intérésssés par le parcours professionnel et humain, c’est avec garnd plaisir que nous avons aidé ce nouveau membre à réaliser son projet. Merci à nos amis russes qui l’ont reçu.

Il nous a adressé ces quelques lignes que nous partageons avec vous :

 

Bonjour à vous tous,
Quelques nouvelles de mon séjour à Tikhvine.
J’apprécie de plus en plus cette ville. Elle est vraiment intéressante. Par exemple hier, je me suis promené à l’arrière du monastère, le long de la rivière. De là où je me trouvais, je surplombais la rivière. Elle serpentait sous un grand soleil magnifique. Un tas de gros cumulus, tout blanc, se mélait au ciel bleu. Ce ciel occupait trois quarts de l’espace, et de mon champ de vision. Croyez-moi, c’était assez extraordinaire.
Dans la même journée, Nina, la femme adorable qui dirige la bibliothèque où je donne un coup de main m’avait longuement expliqué l’histoire de Tikhvine et de son icone. Vassili, le père du terrible Ivan, qui vient à Tikhvine prier parce qu’il n’a pas encore d’héritier,  après toutes ces années. Sa femme peu de temps après tombant enceinte. Ivan va naître. Et là je me dis, que pour la grande histoire c’est bien, mais qu’il a quand même fait pas mal de martyrs celui-là. L’inventeur de l’Okrana. L’ancêtre de toutes les polices politiques du coin. Bon, j’avoue, je suis partagé. Mais puisque miracle il y a…
Avril à Tikhvine P1000082-300x225
La construction des quatre monastères. Lieux de culte, mais aussi, forteresses censées défendre la ville et la région contre les Suédois qui la convoitaient. Ce qu’elles feront du temps du premier Romanov. Autre miracle, vu que quelques moines, vieux et bonnes femmes ont, si j’ai bien compris, fait la nique à l’une des meilleures armées d’Europe de l’époque. Puis, le temps de Pierre le Grand… J’ai voyagé à l’écoute du récit de Nina.
Elle se propose de m’accompagner me ballader en ville, et de me raconter tout celà un peu plus profondément, en détails, preuves à l’appui.
Je suis évidemment touché par tant de gentillesse.
P1000076-300x225J’ai aussi réentendu le récit de ces années terribles du début des années 90, date de mon premier voyage en Russie. Où beaucoup de gens, vu les retards de salaires de plusieurs mois, ne savaient tout simplement pas comment se nourrir. La débrouille, la démerde. L’entraide. Mais aussi, peut-être surtout, des trucs terribles. Comment ne pas comprendre que beaucoup, depuis tant d’années, en arrivent à regretter Brejnev ? Je ne juge pas, ne prends pas parti. Comment ? Je comprends. Bon.
Je partage mon temps entre un coup de main à la bibliothèque (traduire des titres de livres français en russe, vu que j’ai jamais écrit le russe : c’est pas du gateau). Un coup de main au monastère de femmes. Je vais y retourner cette semaine.
J’ai aussi fait une intervention à l’école d’infirmière. Pas sur que j’ai convaincu. Nikolaï m’a dit que beaucoup d’étudiants s’étaient arrêtés au fait que ma présence ici leur paraissait incompréhensible. Nikolaï m’a dit ça avec un grand sourire, m’a dit aussi que c’était  »leur » problème (non, c’est aussi un peu le mien, à partir du moment où j’ai fait cette intervention, fallait faire passer d’autres choses). Le courant passe bien avec Nikolaï. on a discuté politique. C’est un type chaleureux, curieux, passionné. On discute des défauts ici, mais aussi de l’impérialisme français, en Afrique, que je lui dis, bien sûr,  »mais pas seulement », ajoute-il. Il a bien raison… Si seulement au lieu de faire la leçon à tout le monde depuis des décennies, on s’était occupé de la poutre qui est dans notre oeil, on se réveillerait un peu moins con aujourd’hui…
P1000058-300x225
Il y a aussi Nadejda qui gentiment m’accompagne pour de grandes ballades à travers Tihkvine. De grandes discussions. On est pas toujours d’accord. Et ça c’est bien. Cela taille.
Gentiment, chaleureusement..
A la russe, un peu.
Voilà, c’était des petites nouvelles.
Je vous embrasse bien.
Nicolas.

Tikhvine, ville hanséatique 28 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Tikhvine, ville hanséatique journ%C3%A9e-de-la-hanse-106x150  La ville de Tikhvine est membre de la plus grande union – l’union hanséatique des  Temps Nouveaux unissant 176 villes historiques de 15 Etats européens. Le siège principal de l’union est est situé en Allemagne à Lübeck. L’union hanséatique du Nouveau temps («une Nouvelle Hanse» lancée en 1980) est la plus grande organisation internationale non gouvernementale intermunicipale, ayant pour but le développement des échanges culturels, du tourisme et de la coopération économique.

routes-commerciales-hanse-300x229

13 villes russes en sont membres : Belozersk, Novgorod, Veliki Ustyug, Vologda, Ivangorod, Kaliningrad, Kingisepp, Pskov, Smolensk, Tver, Tikhvin, Torzhok et Totma.

Un petit écart au sud 27 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Un petit écart au sud FG

L’ASSOCIATION AMITIE SOLIDARITE TIKHVINE

 vous invite

AU GRAND DÎNER-CONCERT

Organisé par Salon Pouchkine

FESTIN GEORGIEN

Cuisine géorgienne traditionnelle

Art et coutumes de table 

 Chants, animation – Teïmouraz ARKALAKVA

Chef cuisinier – Valerian BARBAKADZE

LE 8 juin à 19 heures, à la petite salle de la Fonderie (Hérouville St.Clair)

Prix : 37 euros (vin compris)

Réservations : 02 31 44 42 25

 

La tradition de table en Géorgie, transmise de génération en génération, est une chose particulièrement codée et à la fois absolument accessible pour tout invité qui est considéré en Géorgie comme messager de Dieu.

LE FESTIN GÉORGIEN est une occasion de plonger dans l’histoire de la Géorgie, sa culture et une autre façon de vivre…

Lecture d’Eugène Onéguine 21 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Culture , ajouter un commentaire
Salon Pouchkine
10 place de l’Horloge
14200 HEROUVILLE SAINT-CLAIR
Samedi 12 mai 2012, à 15 heures
Markowicz.jpg
André Markowicz est venu au Salon Pouchkine pour parler de son dernier livre, Le soleil d’Alexandre, qui présente le destin de la génération de Pouchkine à travers sa poésie lyrique – mais Pouchkine, c’est d’abord son roman en vers, Eugène Onéguine. Cette fois, pour en lire des extraits, il viendra avec la personne qui lui a transmis son amour pour ce roman, et pour la langue russe, sa mère – qui les dira en russe : elle les connait par cœur.
Réservation indispensable au 02 31 44 42 25

ASSOCIATION LA TABLE SERVIE |
LA TABLE SERVIE |
Le blog du Foyer Rural de P... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | الجم...
| l'association "ou pa ka sav"
| A.A.E.S.M.R