navigation

Tikhvine, ville hanséatique 28 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Tikhvine, ville hanséatique journ%C3%A9e-de-la-hanse-106x150  La ville de Tikhvine est membre de la plus grande union – l’union hanséatique des  Temps Nouveaux unissant 176 villes historiques de 15 Etats européens. Le siège principal de l’union est est situé en Allemagne à Lübeck. L’union hanséatique du Nouveau temps («une Nouvelle Hanse» lancée en 1980) est la plus grande organisation internationale non gouvernementale intermunicipale, ayant pour but le développement des échanges culturels, du tourisme et de la coopération économique.

routes-commerciales-hanse-300x229

13 villes russes en sont membres : Belozersk, Novgorod, Veliki Ustyug, Vologda, Ivangorod, Kaliningrad, Kingisepp, Pskov, Smolensk, Tver, Tikhvin, Torzhok et Totma.

Un petit écart au sud 27 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Un petit écart au sud FG

L’ASSOCIATION AMITIE SOLIDARITE TIKHVINE

 vous invite

AU GRAND DÎNER-CONCERT

Organisé par Salon Pouchkine

FESTIN GEORGIEN

Cuisine géorgienne traditionnelle

Art et coutumes de table 

 Chants, animation – Teïmouraz ARKALAKVA

Chef cuisinier – Valerian BARBAKADZE

LE 8 juin à 19 heures, à la petite salle de la Fonderie (Hérouville St.Clair)

Prix : 37 euros (vin compris)

Réservations : 02 31 44 42 25

 

La tradition de table en Géorgie, transmise de génération en génération, est une chose particulièrement codée et à la fois absolument accessible pour tout invité qui est considéré en Géorgie comme messager de Dieu.

LE FESTIN GÉORGIEN est une occasion de plonger dans l’histoire de la Géorgie, sa culture et une autre façon de vivre…

Lecture d’Eugène Onéguine 21 avril, 2012

Posté par astikhvine dans : Culture , ajouter un commentaire
Salon Pouchkine
10 place de l’Horloge
14200 HEROUVILLE SAINT-CLAIR
Samedi 12 mai 2012, à 15 heures
Markowicz.jpg
André Markowicz est venu au Salon Pouchkine pour parler de son dernier livre, Le soleil d’Alexandre, qui présente le destin de la génération de Pouchkine à travers sa poésie lyrique – mais Pouchkine, c’est d’abord son roman en vers, Eugène Onéguine. Cette fois, pour en lire des extraits, il viendra avec la personne qui lui a transmis son amour pour ce roman, et pour la langue russe, sa mère – qui les dira en russe : elle les connait par cœur.
Réservation indispensable au 02 31 44 42 25

Récital romantique au salon Pouchkine 10 et 11 mars 14 mars, 2012

Posté par astikhvine dans : Culture , ajouter un commentaire

La pianiste Anna Markova a tenu l'affiche, ce week-end, au salon Pouchkine. Elle a enthousiasmé le public avec une brillante interprétation de pièces de Beethoven, Chopin, Schumann, Scriabine marquant les derniers instants du classicisme et la naissance du romantisme.

La jeune Anna Markova a tenu l’affiche, ce week-end, au salon Pouchkine. Elle a enthousiasmé le public avec une brillante interprétation de pièces de Beethoven, Chopin, Schumann et Scriabine marquant les derniers instants du classicisme et la naissance du romantisme. »

Souvenirs et impressions d’un non russophone en Russie du 3 au 14 février 2012 3 mars, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Comme pour nous préparer un peu, il faisait froid (-7) en cette nuit du 3 février et à 2 heures du matin, nous sommes partis pour la Russie, les passeports et visas enfin réunis. Voyage sans problème et froid plus rigoureux à l’arrivée à Saint-Pétersbourg (-20). Change et achat de chapkas occupèrent les pensées. Le transfert à l’hôtel nous a offert un avant-goût de la circulation locale où l’évitement des congères est plus prioritaire que les feux, les piétons et autres véhicules.

Dès le matin, un rayon de soleil, Svetlana, nous attend à l’hôtel. Comme l’a chanté Bécaud « elle était belle mon guide… » Visite de la ville en voitures, vues somptueuses sur la Neva gelée et achat utile de chapkas.

La visite de la Citadelle et du palais Youssoupov nous enthousiasmera et commencera l’immersion dans les splendeurs de la ville. Pour finir la journée, une plongée dans le ventre de la cité, le métro de Saint-Pétersbourg , le plus profond du monde, est impressionnante.

Le lendemain, nous faisons dans la culture : les Noces de Figaro à l’Opéra Mariinski suivies de la visite de la cathédrale de Saint Isaac : ors et splendeurs de l’église orthodoxe. Puis, pour clore la soirée nous allons chez Olga, notre guide du palais Youssoupov pour une soirée russe autour du samovar : découverte de la nourriture russe et tatare, accueil convivial, chansons et musique. Une ambiance chaude, amicale et sincère.

Le lendemain, nous continuons notre cure de transports en commun, cette fois en bus, pour aller à Tsarskoïe Selo, le palais gigantesque et coloré de la belle Catherine : que d’or, quels espaces : tout est à l’image de la grande Russie. Le parc est magnifique sous la neige et quelques chiens donnent même l’impression de loups à proximité. Au retour nous pouvons apprécier la courtoisie de certains passagers qui n’hésitent pas à projeter au dehors les gens qui les empêchent de sortir. Le slave est peut-être un peu rude ! Théâtre d’enfants animé par Olga l’après-midi. Le soir comme précédemment, petits dîners dans les « cafés » locaux si nombreux dans les rues de la ville.

Le mardi 7, un grand moment pour moi : la visite de l’Ermitage et ses collections magnifiques. Quel bonheur et quelles splendeurs ‘…L’après-midi, visite du marché russe qui présente beaucoup d’objets pour touristes et de l’Église Saint Sauveur sur le Sang versé : toujours de l’or, des icônes et des espaces grandioses.

Le lendemain, nous poursuivons notre marathon culturel et nous passons la matinée avec Catherine, une autre guide, dans le Musée russe, très intéressant et si riche de collections peu connues en Occident. Puis après une visite à Notre-Dame de Kazan nous quittons la splendide « perspective Nevski » pour attaquer la deuxième partie du voyage et c’est le départ pour Tikhvine et la découverte des routes provinciales de

Russie, beaucoup de congères et de nids de poules. A droite, des sapins et des bouleaux et à gauche, des bouleaux et des sapins. La neige recouvre et décore l’ensemble : c’est un paysage superbe de contes de Noël.

Sous la surveillance protectrice, active et quasi permanente de Sophie qui nous héberge dans son salon, nous commençons donc le lendemain par la visite du très beau monastère de Tikhvine suivie d’un spectacle à la Maison de la culture. Le vendredi, nous visitons la maison de Rimski-Korsakov suivie par la visite de la vieille ville et de la cathédrale, la soirée se terminant sur une pièce de théâtre difficile à suivre surtout pour un non-russophone.

Quelques courses le lendemain puis nous sommes reçus par un groupe folklorique de femmes russes, les « Commères », qui chantent, dansent et rient avec entrain tout en nous offrant un repas russe fort agréable. Dans la soirée, spectacle de théâtre et chants à la bibliothèque de la ville.

Le dimanche, nous nous rendons dans un village situé en pleine forêt (sapins sous la neige : il ne manque que les traîneaux et les loups) pour aller aux bains russes. Il fait plus froid (-25) Dans ce décor superbe de carte postale, au milieu d’isbas recouvertes de neige, les amateurs ont pu, de manière un tantinet masochiste pour les non-initiés, s’adonner aux joies aussi chaudes que grêlées, du sauna, des piscines d’eau glacée et des roulades dans la neige après s’être fait fouetter tels des moujiks avec des branches de bouleau.

Après un repas roboratif,(avec toujours du bortsch, on s’y fait d’ailleurs en appréciant les différentes qualités proposées chaque jour) retour à Tikhvine pour une conférence sur l’histoire de la Normandie…

Le lendemain, shopping à la demande du groupe suivi du repas habituel du Café gourmand, la cafétéria de la mairie. Enfin, l’après-midi, visite organisée avec le renfort de l’équipe de judo d’Hérouville, dans une fabrique de sous-vêtements suivie en soirée d’un spectacle de danse.

Enfin le mardi 14, opération «j’irai revoir ma Normandie » avec près de -30° le matin c’est le retour en France avec ses petits aléas (retard des avions) et une température plus clémente à l’arrivée. Un beau voyage riche et très intéressant. Nous avons beaucoup marché dans le froid et la neige. J’ai découvert une autre Russie que celle que j’imaginais ou croyais connaître.

La fin de séjour m’amène à quelques observations, celles d’un candide plongé en pleine Russie sans en parler la langue. D’abord les femmes : elles sont partout, elles travaillent, elles marchent. Qu’elles soient âgées, mal fagotées, petites et boulotes, façon matriochka ou les autres, pomponnées, maquillées, coquettes. Comment peut-on marcher sur les trottoirs glacés avec des talons de 12 cm ? Quant aux hommes, ils ont moins de recherche vestimentaire et sont pour le moins plus bourrus.

A Saint-Pétersbourg, je n’ai pas vu d’animaux à part des oiseaux. A Tikhvine, quelques chats multicolores (noir, roux, jaune et blanc) et des chiens. Mais pas des yorkshires et bichons façon promenade sur la digue à Ouistreham, plutôt des cousins du loup : bergers allemands, samoyèdes et huskies. La gente ailée observée à Saint-Pétersbourg se retrouve à Tikhvine : pigeons et corneilles noires façon corbeau et leurs cousines noires et grises, les corneilles à mantelet que l’on retrouve en Finlande et au Danemark.

Saint-Pétersbourg construit sur les instructions du tsar omniprésent Pierre le Grand a des avenues et des axes magnifiques dignes du fleuve qu’ils entourent et les immeubles qui ne dépassent pas 5 étages ajoutent à la majesté de la ville. Évidemment, Tikhvine, détruite durant la seconde guerre mondiale fait plus banlieue déshéritée mais on y retrouve la même largeur des axes. Les boutiques, nombreuses, n’ont cependant pour la plupart que fort peu de vitrines ouvertes sur l’extérieur, ce qui est dommage.

La nourriture, que ce soit celle des cafés de Saint-Pétersbourg ou de la cantine de la mairie de Tikhvine n’a pas soulevé un enthousiasme fort chez moi. La curiosité de la soirée samovar chez Olga ou le repas des Commères ont néanmoins bien relevé le niveau. Par nostalgie littéraire j’aurais aimé voir des samovars à la place des bouilloires électriques, mais le thé était bon quand même. La responsable du séjour à Tikhvine a bien essayé de tout garder « under control » comme elle le répétait souvent, mais il semblerait qu’il serait bon de laisser aux visiteurs un peu de liberté tant pour faire du shopping que pour déjeuner où ils le veulent, d’autant que la plupart parlaient russe. Je précise enfin que mes quatre compagnes permanentes, Alain et Daniel allant et venant, m’ont apporté un grand soutien dans mon approche de la culture et de la langue russe, traductrices bénévoles et compétentes s’améliorant au fil des jours. Un beau voyage !…

Où il est question de Tikhvine dans « Le Point » du 16 février 2012 25 février, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Ce dimanche matin, il fait moins 20°C. Le monastère de Tikhvine, situé à 240 kilomètres de Saint-Pétersbourg, se réveille. Sur un ponton, le long de la rivière gelée, un homme nu plonge les mains dans la neige et se frotte énergiquement le corps. Plus loin, un vendeur à la barbe blanche dispose sur une table des souvenirs destinés aux fidèles. Le prêtre Abel, lui, avance à grandes enjambées, vers l’église coiffée de cinq coupoles bleues. Il veut raconter la visite de Vladimir Poutine, venu jusqu’ici la semaine dernière en hélicoptère. Il est plein d’amertume. Il entre dans les lieux. Le chœur apparaît bientôt, noyé sous les dorures et les fresques. Au centre, L’icône de la Vierge Marie, éclairée par des cierges. Une peinture sacrée et vénérée par tous les tsars de Russie depuis Ivan le Terrible. Abel baisse la voix. « Il est arrivé ici comme un empereur, il s’est approché et il a embrassé l’icône. » Le prêtre poursuit en murmurant : « Il est parti au bout de quinze minutes sans s’intéresser à autre chose… C’était une opération de communication. » Ce jour là, Vladimir Poutine 59 ans, aurait aimé rayonner. Raté ! Même les popes ne lui pardonnent pas d’avoir joué les tsars sur un lieu saint. Lui l’homme fort du pays…..

JC


Une rencontre autour des amis de Pouchkine avec André Markowicz 20 janvier, 2012

Posté par astikhvine dans : Culture , ajouter un commentaire

 

Une rencontre autour des amis de Pouchkine avec André Markowicz dans Culture dans CultureLe « cercle d’André Markowicz ». Une conversation, un samedi après-midi.

C’était samedi. Un des premiers samedis de l’année. Autant dire un de ces samedis « Au temps où les espoirs fleurissent », comme l’écrit le poète dont il fut aussi passionnément question au cours de cette rencontre avec André Markowicz, venu là au prétexte de la parution en septembre dernier, aux Editiosn Actes Sud, de son dernier ouvrage intitulé « Le soleil d’Alexandre. Le cercle de Pouchkine 1802-1841 ». Un « prétexte » pour proposer à la cinquantaine de personnes présentes, une conversation, ce genre littéraire noble du dix septième siècle.
Une conversation qui nous permit d’entrevoir la place d’Alexandre Pouchkine dans l’imaginaire et la culture russe. Une place centrale dans la mesure où tous les écrivains russes classiques, de Gogol à Dostoïevski (auteurs plus familiers aux lecteurs français et jugés par eux, plus « russes »), n’ont eu de cesse, comme le rappelait André Markowicz, de prolonger, au travers de leurs propres œuvres, une « conversation » avec l’œuvre du poète, avec ce laboratoire d’intuitions d’où jaillissent mille traits de lumières fixés dans une matière sonore d’une élégance achevée.
Mais cette place (je parle là du point de vue d’un francophone), nous n’avons pu que l’entrapercevoir. Demeure pour nous incompréhensible le fait que chaque russe connaisse des pans entiers d’Eugène Onéguine et que le poète soit encore aujourd’hui l’objet d’une quasi vénération qui s’incarne dans l’intimité du langage le plus courant où nombre d’expressions et de plaisanteries ne peuvent être comprises qu’à l’aune de cette connaissance de roman de Pouchkine.
On touche là ce qui fait la singularité d’une langue, inscrite dans une histoire, un imaginaire et une culture : sa nature sociale. La conversation pouvait alors se prolonger avec André Markowicz sur la traduction, cet « art de la perte », auquel il a consacré son travail (et peut-être même sa vie). Traduire la parole d’un auteur, parce qu’il s’agit toujours de traduire autre chose que des mots ou des idées (et pour la poésie, autre chose aussi qu’un rythme et des sonorités), veut dire dévoiler une part de l’histoire, de l’imaginaire et de la culture que chacun de ces mots portent en lui. Et c’est cette tentative qui est au fondement du dernier ouvrage d’André Markowicz, qui y donne à voir les « conversations » que tenait Pouchkine avec d’autres poètes de ce début de dix neuvième siècle. En écrivant ainsi le roman d’une génération, c’est le continent du romantisme russe (largement inconnu jusqu’ici pour le lecteur français), que Markowicz nous dévoile ; suggérant par là-même quelques clés indispensables à notre travail de lecteur, toujours amputé de ne pouvoir accéder à une histoire, un imaginaire et une culture par l’entremise d’une traduction, fut-elle brillante comme la sienne…

article Salon Pouchkine

SOUVENIR VOYAGE D’ÉCHANGE CULTUREL À TIKHVINE EN RUSSIE. Du 9 au 17 novembre 2011 12 janvier, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

     Saint-Pétersbourg 18 h, ARSINI accueille notre délégation de six personnes : SOLANGE, pour qui ce voyage est le plaisir de revoir ses amis (es) comme beaucoup d’entre nous ; ANDRÉ le peintre qui revient au bout de quatre ans et en profite pour voir sa famille ; RENÉ le théâtreux ; JEAN ROGER le judoka, MARIE-CLAIRE qui sera notre porte-parole et interprète en anglais auprès de la mairie et enfin JEAN-PIERRE tout nouveau dans l’association qui vient pour la première fois dans cette belle région de LENINGRAD.

     Nous quittons l’aéroport «Pulkovo» pour un trajet de 2 h 30 en minibus en direction de Tikhvine. À la périphérie de Saint-Pétersbourg, nous traversons une zone industrielle qui témoigne d’une forte activité industrielle avec de nombreuses usines et beaucoup d’immeubles.

     Arrivés à Tikhvine vers 20 h 30, nous sommes répartis dans les familles. Dès notre arrivée, nos hôtes se montrent chaleureux et attentifs.

     Le programme de notre séjour prévoit des visites et des activités pour lesquelles nous avons rendez-vous tous les matins à 9 ou 10 h à la mairie. Les déjeuners sont servis de 14 h à 16 h au «Café gourmand », situé dans la mairie et qui propose des spécialités telles que des «pirogui», des soupes aux champignons, des viandes en sauce et autres mets traditionnels.

SOUVENIR VOYAGE D’ÉCHANGE CULTUREL À TIKHVINE EN RUSSIE. Du 9 au 17 novembre 2011 Image1-voyage-nov2011-300x225      Pendant notre séjour, un colloque est organisé sur la « langue française ». Il est animé par Michel Bonte écrivain de Bourg d’Oisans en Isère. Des rencontres sont prévues sur trois jours du 11 au 13 novembre à la bibliothèque de Nina Khaboukina et à l’école de musique.

      Thèmes abordés : L’histoire de la langue française et ses bizarreries ( Michel Bonte,) le français et la musique à travers les âges (Margarita Schtern), le français et l’espéranto (M.Bronchtein), comparaison de romans français et russes : Maupassant et Tchékhov (Galina Nogina), l’influence du français sur l’écrivain de Tikhvine Andrey Posnyakov présenté par lui-même, les adjectifs (Galina Borisova), la place de la langue française dans le monde (Michel Bonte). Les interventions de la journée sont toujours clôturées par un débat. Une pièce de théâtre est proposée au public sur  une nouvelle de Michel Bonte, mise en scène par M.Schtern, «Fatima la Lorraine».  Cette pièce était-elle appropriée?

      Le colloque s’est clôturé par un concert donné par la Philharmonie de l’école de musique de Tikhvine sous la direction de Margarita Schtern. Durant notre séjour, lors des spectacles auxquels nous avons assisté, nous avons apprécié la qualité de chaque intervenant, quel que soit son âge.

Image2-nov2011-150x112Image3-nov2011-150x112Image4-nov2011-150x112Image5-nov2011-150x99

 

 

 

Image6-nov2011-300x200     Tatania Bobrovnikova, responsable des relations internationales, a organisé chaque événement, notamment en mettant à notre disposition des traducteurs (Svetlana, Sacha, Victor…), ce qui a facilité nos échanges et accentué l’intérêt de notre séjour.

Image7-nov2011-150x112     Le  monastère incontournable avec la visite des cloches par Nina Khaboukina qui a été notre guide durant toute la visite. Puits de science sur l’histoire du monastère et de l’histoire en général, elle nous a fait découvrir ce monument de façon passionnante et passionnée. Traduction simultanée par Victor.

 

     À travers un labyrinthe d’immeubles, empruntant des chemins en stabilisé, parfois en graviers et Image8-nov2011-300x214d’autres   goudronnés nous nous sommes rendus au centre de créativité pour enfants « la classe selon l’œuvre appliquée », situé à l’adresse microrayon 4, immeuble 10 de Tikhvine (originalité des adresses pour ce quartier). La responsable Nina Zhihareva, nous y a réservé un accueil chaleureux. Dans ce centre, diverses activités sont proposées, animations et jeux : ateliers de peintures, de coiffure, de maquettes, de couture (atelier Style) et de pâte à sel. Toutes les œuvres proposées sont de grandes qualités. Image9-nov2011-300x218Nous avons pu admirer confectionnés dans ce centre, les costumes du groupe folklorique Tikhvina lors de l’inauguration de la place et de la rue Tikhvine pour les 20 ans du jumelage le 23 septembre aux Belles Portes à Hérouville-Saint-Clair. L’établissement a obtenu de nombreux prix et récompenses à l’occasion de concours (peintures, dessins…). Cette visite s’est terminée autour d’une collation de mets locaux et par des échanges avec les élèves. Les échanges se sont faits selon nos possibilités, en anglais, en français et bien sûr en russe.

     Une rencontre avec l’association des personnes handicapées a été organisée. Cette association propose des activités artisanales. Le président, M. Unkin  nous a présenté son association avec enthousiasme et avec la participation de quelques membres nous avons pu partagé une collation conviviale.

Image10-nov2011-252x300     Une journée a été consacrée à la découverte des datchas dans le village de KAIVAKSA ainsi qu’à la rencontre du groupe d’artistes Les « Comères » très connu à TIKHVINE mais aussi à HEROUVILLE grâce à notre association. Ce groupe nous a invités à partager un moment chaleureux dans leur datcha. Ce groupe vocal les « Comères » nous ont fait partager un spectacle de qualité et déguster une savoureuse collation arrosée de vodka et de thé maintenu au chaud par un samovar. Cette journée a été distrayante et nous en sommes sortis avec des présents et beaucoup de souvenirs.

  Après les pommes rouges offertes par les Comères, notreImage11-nov2011-300x225 délégation en a vu de toutes les couleurs : Couleur d’aquarelle à la bibliothèque Berednikov, avec Igor Petrov et sa femme, deux artistes peintres. De la toile blanche à sa finition Igor Petrov nous a fait une démonstration étape par étape d’un tableau représentant un lac dans une forêt, souvenir de jeunesse. Par sa technique (traduction de Sacha) et son art, il sut nous transmettre ses émotions.

Remerciement d’ANDRE HERVIEU

Dimanche 13 novembre le peintre IGOR PETROV avait organisé pour moi, une visite au musée des peintres Russe à Saint-Pétersbourg. Partis le matin de bonne heure, arrivés à Saint-Pétersbourg vers 10h, nous sommes partis de suite au musée. …., une interprète, jeune étudiante aux Beaux-arts de  Saint-Pétersbourg avait été volontaire pour me renseigner sur les toiles. Cette visite fut très instructive pour le peintre que je suis, j’ai pu admirer les différentes œuvres et surtout les paysages russes ayant un peu surpris PETROV et notre jeune traductrice pour avoir reconnu les toiles de quelques peintres. Après 5h de visite où pour moi le plaisir des yeux fut complet.

Je tiens à remercier les personnes qui m’ont organisé cette visite.

(Le musée commence par l’art religieux du moyen âge russe jusqu’à l’art moderne en passant par toutes les époques ayant reconnu l’influence italienne et française, car les peintres russes ont beaucoup voyagé contrairement à ce que l’on pourrait croire)

André Hervieu

 

Image13-nov2011-300x223     Du bleu et du rouge avec le bain russe dans le village BERIOZOVIK pour Jean Pierre, Marie Claire et Solange pendant qu’André et Jean Roger admiraient les différents tons d’automne lors d’une belle promenade dans la forêt toute proche.

     Lors de nos temps libres, chacun partageait avec ses hôtes des activités et des sorties.  Je me souviens d’une promenade le long de la rivière Tikhvina, qui traverse la ville de TIKHVINE. Il s’agit d’une rivière sinueuse, bordée par des forêts et des izbas sur hauteurs. En passant par le monastère nous avons rejoint le centre des commerces par le vieux Tikhvine. C’est un endroit pittoresque avec un village traditionnel d’isbas. Certaines habitations n’ont pas l’eau courante, d’autres sont équipées de coupole satellite. Ce contraste entre ancien et modernité est tout à fait surprenant. Cette promenade s’est terminée par du “shopping” dans des magasins surchauffés à l’ambiance intimiste.

     Le climat ne nous a guère épargnés durant notre séjour puisque nous avons eu beaucoup de pluie, un peu de neige et de gel et surtout très peu de soleil.  Le plus marquant est la faible luminosité en lien avec la latitude  (environ 60ème parallèle nord) et la courte durée des journées entre octobre et janvier.

 Image14-nov2011-300x225          Tikhvine est une ville de 65 000 habitants fortement industrialisée à l’exemple de SWEDWOOD, usine moderne qui fabrique des composants et des meubles en bois massif pour IKEA. Nous avons eu l’occasion de visiter l’usine COMAZO qui confectionne des sous-vêtements. Il s’agit d’une usine moderne d’environ 250 employés essentiellement jeunes. Le modernisme de ces usines contraste avec les vieux bâtiments encore présents dans la ville en dépit d’un programme de rénovation des immeubles dans certains quartiers.

Image15-nov2011-300x224

     La soirée de la solidarité et de l’amitié, organisée par l’association de Tikhvine, nous a permis de partager avec les membres de l’association un moment deImage16-nov2011-300x236 convivialité où nous avons chanté, mangé, bu et joué, par exemple: cours de skis par René Le Bris (pas mal pour un Breton). Cette soirée chaleureuse s’est terminée par la distribution des cadeaux.

 

     Il y a encore beaucoup a découvrir et pour notre avant dernier jour nous avons visité au bord de la Tikhvina, la maison de Nikolai Image17-nov20111-150x112Andreyevich Rimsky-Korsakov né le 18 mars 1844 à Tikhvine et mort le 21 juin 1908 à Lioubensk. Cette maison, transformée en musée, retrace la vie de ce compositeur et théoricien de musique russe. L’ancienne conservatrice du musée nous a servi de guide rendant la visite plus intéressante sur le plan culturel.

     L’organisation d’un concert au palais de la culture récemment rénové a clôturé notre séjour à Tikhvine. Ce séjour du 9 au 17 novembre nous fait rencontrer des gens formidables dont nous conservons d’excellents souvenirs. Nous espérons tous que cela ne sera qu’un au revoir ! Nous avons quitté le cœur serré TIKHVINE.

Discours de la Présidente NADIEGDA POLOVNEVA de l’association de TIKHVINE (Russie).

«  Un homme peut se passer de beaucoup de choses mais, pas sans un homme. » LOUDVIGUE  BERNER

Image18-nov2011-300x228

« Il est difficile d’imaginer au moins un seul jour dans notre vie sans communication. La communication humaine c’est la plus grande richesse dans lе monde – а dit SAINT EXUPERY après lе philosophé français du XVI siècle MICHEL EYQUEM DE MONTAIGNE… Et celui-ci а probablement cité quelqu’un encore plus ancien. Ce qui prouve que les êtres humains appréciaient toujours lа communication.

Bien sûr il existe les différents moyens de communication. Un musicien parle des ses sentiments à travers lа musique, si les interlocuteurs lе comprennent. Un peintre lе fait à travers des images à l’aide des lignes et des couleurs.

Mais tous ces « langages » ne peuvent pas remplacer lе langage de paroles.

C’est une vraie merveille, unique en son genre et incomparable. Qu’est-ce que nous ferions sans pouvoir communiquer? Il est impossible de l’imaginer.

Pendant 3 jours nous avons parlé de l’histoire, de l’évolution et d’autres aspects de 1а langue française. Je répète que:

  • Le français est une des langues officielles de l’ONU
  • Il est parlé dans conférences internationales sur lа psychologie, lа linguistique, lа philosophie, lе droit, lа médecine…
  • Il est parlé sur 5 continents du monde.

Qu’est-ce que c’est lа langue française pour nous, un petit groupe de personnes qui font partie de l’Association amitié HEROUVILLE ?

Nous admirons lа culture de lа France, sa musique, sa littérature, ses arts, sa cuisine, ses parfums, sa mode et bien sur lа langue française. La structure de lа langue reflète lе mode de l’esprit qui est propre pour cette nation.

En étudiant lа langue on plonge dans lе monde qui n’est pas comme lе nôtre ayant lа possibilité de l’interpréter de l’autre point de vue. Et nous apprenons lе français parce que c’est lа langue que parlent nos amis. L’apprentissage de lа langue nous permet de se comprendre mieux.»

N. Polovneva

 

Remerciements : Tatania Bobrovnikova, responsable des relations internationales Tikhvine. Maryannick Lefranc, responsable des relations internationales Hérouville. Nina Khabukina, directrice de la bibliothèque Berednikov. Andrey Posnyakov, écrivain de Tikhvine. Margarita Schtern, professeur de musique. Galina Borisova, professeur. Svetlana Kouzmina, guide-interprète de Saint-Pétersbourg.. Nadiegda Polovneva, présidente de l’association Amitié Solidarité  d’Hérouville Saint-Clair à Tikhvine. Victor Kandalinski, Sacha Belov, le  libraire à Tikhvine, les familles qui nous ont accueillis. Et à tous ceux qui ne sont pas cités mais qui ont œuvré à la belle réussite de notre séjour !

 

Les années passent, l’amitié dure. 3 janvier, 2012

Posté par astikhvine dans : Non classé , ajouter un commentaire

Depuis la création du blog, 5 ans se sont écoulés. Les activités se sont accumulées et l’espace vient à manquer. D’où cette nouvelle page pour les 20 ans de l’association et les années à venir.

123

ASSOCIATION LA TABLE SERVIE |
LA TABLE SERVIE |
Le blog du Foyer Rural de P... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | الجم...
| l'association "ou pa ka sav"
| A.A.E.S.M.R